Pour toutes questions, contactez-nous ou appelez-nous au 06 50 17 52 67

Nerf vague et Yoga

Nerf vague et Yoga

Pendant que les médias font planer la menace d’une nouvelle vague épidémique, aussi fantomatique qu’hypothétique, les yogis font leur possible pour rappeler aux âmes angoissées que le nerf vague, lui, est bien là, et qu’il suffit de l’activer pour retrouver calme et sérénité.

Les sceptiques répondront que cela doit prendre un sacré bout de temps avant de parvenir à un tel état… et que tout ceci doit être réservé à quelques rares initiés capables de léviter et de tenir en équilibre sur le bout de leurs petits doigts de pieds.

Et bien non. Cela paraît difficile à croire, mais ceci est à la portée de tous, et d’une efficacité que la science actuelle n’en finit plus de prouver.

Quel est donc ce nerf sur lequel le Yoga nous invite à surfer ?

Le nerf vague est le nerf crânien dont le territoire est le plus étendu (d’où son nom qui lui vient du latin « vagus » : qui erre, qui vagabonde…). Partant du cerveau, il « vagabonde » jusque dans l’abdomen, en se divisant en plusieurs rameaux qui innervent de nombreux organes.

Ce faisant, le nerf vague capte des informations qu’il envoie au cerveau pour qu’elles soient traitées, et qu’il détermine si oui ou non le système parasympathique peut être activé. Lorsqu’il sent que les conditions sont favorables, le nerf vague donne le feu vert à tous les organes, qui se mettent alors automatiquement en mode « repos et digestion ».

Avant d’aller plus loin, rappelons d’abord brièvement ce qu’est ce fameux système parasympathique, dont le nerf vague n’est rien moins que la clé.

Le système nerveux parasympathique, ou système vagal, est une des trois divisions du système nerveux autonome (le système responsable des fonctions non soumises au contrôle volontaire), avec le système nerveux sympathique et le système nerveux entérique.

Alors que le système sympathique, couramment appelé « Fight or fly » (fuite ou attaque), s’active en cas de danger ou de peur, pour préparer notre corps à combattre ou à prendre nos jambes à notre cou, le système parasympathique, « Rest and digest » (se reposer et digérer), a la fonction opposée de mettre le corps en mode détente une fois que le danger est écarté.

Dans nos sociétés modernes, où il est pourtant rare de se retrouver nez à nez avec un lion, le système nerveux sympathique a tendance à être dominant, créant un état de stress et de fatigue permanent. La peur de ne pouvoir payer son loyer, la crainte d’être abandonné par son conjoint, la pression au travail, ou encore la peur de contaminer ou d’être contaminé… Tous ces stress ont remplacé la crainte archaïque d’être dévoré par un prédateur, et sont à ce point cumulés que le système parasympathique ne peut plus s’activer.

Activer ce système est le rôle du nerf vague, mais si celui-ci ne capte aucun signal favorable, comment se risquerait-il à nous faire baisser la garde pour nous autoriser au repos tant espéré ?

Comment déclencherait-il la sécrétion d’acétylcholine, ce neurotransmetteur dont les principaux effets sont un ralentissement de la fréquence des battements du cœur, une baisse de la tension artérielle, un renforcement de la contraction des muscles autonomes du tube digestif, une augmentation de la sécrétion de la salive et des sucs digestifs… en un mot, toutes ces actions qui favorisent la digestion et le repos ?

Le nerf vague, tel un reporter de guerre, serait-il condamné à vagabonder en terrains minés, et à ne renvoyer à notre cerveau horrifié, que des images consternantes et fort peu rassurantes ?

Heureusement non ! Si le système autonome est, comme son nom l’indique, totalement autonome… C’est-à-dire s’il fait sa vie sans avoir besoin qu’on lui dise quoi faire et comment, il reste en notre pouvoir de créer les conditions pour que le système parasympathique s’enclenche.

Tout en nous efforçant de ne pas déclencher sans arrêt notre système d’alarme, nous pouvons nous entraîner à stimuler notre nerf vague, afin que notre organisme retrouve le chemin de la détente et l’emprunte avec aisance.

Toutes les techniques permettant de lutter contre les effets du stress ont potentiellement un effet sur l’activité du nerf vague. Le Yoga (au hasard), arrive en tête de liste, avec un ensemble de techniques ayant toutes pour effet d’activer le système parasympathique.

Mais parmi toutes ces techniques naturelles, la méthode la plus efficace pour stimuler le nerf vague est la respiration abdominale profonde, avec une attention toute particulière sur l’expiration que nous veillerons à bien prolonger.

En effet, au moment de l’expiration, le nerf vague augmente son activité et fait ralentir le rythme cardiaque. Au contraire, à l’inspiration, l’activité du nerf vague est réduite et le rythme cardiaque accélère.

Il n’y a qu’à le tester pour le vérifier… et l’essayer c’est l’adopter ! La respiration abdominale, si simple en apparence, sera d’autant plus puissante qu’elle est pratiquée en pleine présence, avec une attention exclusivement dirigée sur chaque mouvement de son ventre.

Le rôle du professeur de Yoga est de vous mettre en condition pour que vous puissiez désactiver votre système d’alarme et vous ouvrir à la relaxation. En parfaite sécurité, vous lui accordez toute votre confiance et vous laissez aller à l’abandon, vulnérable et sans protection. Aucun stress, aucune angoisse… Pendant que vous stimulez ce précieux nerf vague, votre enseignant veille sur votre sécurité et se charge d’écarter tous les lions affamés !

Bonnes respirations !

 

À lire aussi
Si les preuves des bienfaits du yoga sur le plan physique paraissent évidentes, dans une philosophie du prendre soin qui s’abstient de toute violence envers soi-même, c’est-à-dire en respectant ses limites -ahimsa-, il est clair que le yoga joue aussi positivement sur le plan psychologique. C’est en tout cas ce que les premières études dans...
Le diaphragme fait parti de ces muscles vedettes, régulièrement mis sur le devant de la scène lors d’un cours de Yoga. Ces quelques...

Ne ratez plus aucun article !

Inscrivez-vous à notre newsletter pour être informé par email dès la parution d’un nouvel article sur le blog

Laissez votre commentaire.

Inscription à la newsletter YAY
Adresse e-mail non valide
Je souhaite recevoir :