Pour toutes questions, contactez-nous ou appelez-nous au 06 50 17 52 67

Le yoga en ligne, plus d’avantages qu’on ne le pense

Le yoga en ligne, plus d’avantages qu’on ne le pense

Crise Covid oblige, le yoga en présentiel dans les studios a marqué un arrêt. Et même si certains cours ont repris, les jauges limitées et les rebonds de l’épidémie ont largement compliqué l’organisation des cours. En parallèle, se sont développés des cours en ligne, des cours en visio qui bouleversent en partie le rapport aux cours de yoga.  Alors que penser de ces cours ?

 

Faire du yoga quand on veut

Le grand avantage du yoga en ligne est de permettre à chaque pratiquant de faire du yoga quand il veut où il veut. La seule limite évidente est d’avoir une connexion suffisante mais la couverture internet via les réseaux wifi, 4G ou 5G est de plus ne plus performante en dehors de quelques zones blanches persistantes. Hormis les cours en visio qui se déroulent à heure fixe, l’accès à des cours en ligne offre donc aux yogis la possibilité d’être guidés dans leur pratique dès qu’ils sont désireux de dérouler leur tapis. Cette possibilité d’un yoga à toute heure est une chance inouïe et peut permettre notamment une pratique quotidienne qui n’est pas toujours possible en présentiel.

Il est clair qu’un yogi confirmé pourra faire l’impasse sur ce type de support et lorsqu’on connait très bien un certain nombre de postures ou séries de postures, il lui sera tout à fait possible de s’adonner au yoga de façon totalement autonome. Cependant, suivre un cours en ligne apportera une structure et une variété plus grande à ses séances. On sera astreint à devoir faire la séance dans son entièreté, ce qui est toujours plus motivant. Les bonnes plateformes de yoga en ligne proposent en général des cours de durée très variables, du quart d’heure, à l’heure et demie. Et il est donc toujours possible de trouver un cours adapté au temps dont nous disposons.  

Ne pas se blesser en faisant du yoga seul

On sait très bien qu’un cours de yoga en présentiel permet au professeur de corriger les erreurs que peuvent commettre ses élèves dans certaines postures. Et sans nul doute, un cours en présentiel, notamment pour les débutants est une garantie supplémentaire pour ne pas se blesser bêtement car on n’a pas toujours conscience au départ qu’on réalise mal les postures.

A ce titre, un cours en visio, permet au professeur de garder un œil sur ses élèves à condition d’avoir une caméra qui fonctionne sur sa tablette ou son ordinateur.

En ce qui concerne, les cours à distance en pratique autonome, là encore, il faut bien choisir sa plateforme et les contenus que l’on consulte.

La règle numéro 1 est de toujours suivre une séance en adéquation avec son niveau de pratique. Il existe notamment des cours pour les débutants, et lorsqu’on est sur une plateforme sérieuse, les enseignants de yoga rappellent toujours les points de vigilance qui permettront de bien réaliser les postures. Les cours seront toujours élaborés de telle sorte de ne pas mettre en danger les yogis qui pratiquent seuls chez eux. Mais il importe de se renseigner sur le sérieux de la plateforme de yoga. Méfions-nous des cours très esthétiques sur le plan du montage, on n’a pas besoin de 50 plans différents, c’est avant tout la qualité de l’enseignement qui doit vous guider dans vos choix.

Il est tout de même conseillé d’avoir déjà suivi une initiation en présentiel avant de se lancer dans le yoga seul chez soi. N’oublions pas que le yoga prône la non-violence envers soi et que ses bienfaits peuvent être annihilés si l’on effectue des erreurs de positionnement. Avoir conscience de son bon alignement est souvent le résultat d’une pratique déjà régulière.

Lever les yeux vers son écran, un exercice désagréable

Les plus réticents reprochent à cette pratique en ligne de devoir lever souvent la tête vers son écran pour vérifier ce que le professeur donne comme consigne. Soyons honnête, c’est un leurre. Dans un cours en présentiel, et cela est particulièrement vrai pour les débutants, on est aussi parfois obligé de lever la tête pour regarder notre professeur de yoga. Et dès lors qu’on a déjà une pratique un peu régulière, c’est avant tout la voix qui nous guide. De l’intérêt une fois encore d’avoir un professeur qui déroule son cours en donnant toutes les indications nécessaires.

Il suffira de mettre son écran à la tête de son tapis sur un support ou sur un petit tabouret pour faciliter son visionnage. Ceux qui pourront connecter leur ordinateur ou leur téléphone sur un grand écran de télé ou sur l’écran d’un vidéoprojecteur profiteront d’un confort supplémentaire. Il est surtout très important de ne pas négliger le son.

Un des gros avantages des cours en ligne à la différence de la visio en direct, c’est qu’on peut mettre sur pause pour s’assurer de l’exactitude de la posture. On peut donc analyser le positionnement du corps. Certes, cette interruption peut casser le « flow » d’une séance, mais ce sera le cas uniquement pour les nouvelles postures. Rappelons que celles qui nous paraissent trop compliquées ne doivent jamais être accomplies seul. On doit toujours adapter son yoga à son niveau de pratique. Si on est novice, on devra faire le choix d’une plateforme qui propose beaucoup de cours débutants.

La solitude du yoga chez soi

 Cet argument est difficilement contestable, il peut y avoir un effet d’émulation à faire du yoga en groupe lors d’un cours en présentiel. On peut avoir plaisir à échanger à la fin d’un cours avec d’autres élèves, avec son professeur. Et dans un monde numérisé qui tend à nous isoler de plus en plus et à renforcer le phénomène d’autarcie, on pourrait déplorer le développement des plateformes de yoga en ligne.

Pourtant, soyons clair, le yoga est un chemin intérieur et beaucoup apprécieront de faire du yoga sans la contrainte des horaires à respecter et pour qui veut intégrer le yoga dans son quotidien, les plateformes offrent la possibilité d’un yoga journalier qui permet de progresser beaucoup plus vite. Il est préférable de faire du yoga un peu tous les jours plutôt que de suivre de longs cours deux fois par semaine. Et, il n’est d’ailleurs pas antinomique d’avoir des rendez-vous avec le yoga en présentiel et d’avoir une pratique en ligne quotidienne.

Il n’est pas non plus interdit de se réunir à deux ou trois pour suivre un cours en ligne. Ce qui peut par ailleurs réduire le coût d’un abonnement.

Vers une démocratisation du yoga

 C’est un point non négligeable, beaucoup de studios de yoga pratiquent des prix exorbitants, parfois jusqu’à près de 30 euros le cours. Évidemment, certains grands studios proposent de nombreux services : accueil, vestiaires, boutique, douches, et ils sont confrontés à des frais incompressibles. Mais le yoga ne devrait jamais coûter cher, c’est presque contradictoire avec l’esprit même du yoga. De fait, les abonnements en ligne peuvent constituer un avantage certain pour une pratique assidue à moindre coût. Il faut faire le choix d’une bonne plateforme, certaines proposent un panel de cours finalement assez limité, et on risque vite d’avoir fait le tour. D’autres, on fait le choix de la simplicité mais proposent déjà des milliers de cours. Ramené au prix d’un abonnement mensuel raisonnable, c’est clairement une opportunité et un moyen de démocratiser le yoga.

Vers une plus grande diversité des cours

 Le yoga est multiple, hatha, vinyasa, yin yoga, kundalini, yoga Iyengar, yoga restauratif, yoga au féminin, et bien d’autres encore et nous ne pourrions que conseiller aux yogis de diversifier leur pratique car cette diversité apporte une vraie richesse. Yoga le matin ou le soir, yoga lorsqu’on est fatigué, yoga pour se ré-énergiser, le yoga doit pouvoir correspondre à notre humeur, notre état de fatigue, notre état de forme physique. Et il est illusoire de croire qu’on pourra trouver en présentiel et à proximité de chez soi ou de son travail, dans des créneaux horaires adaptés, une telle diversité. Quand on habite une grande ville, pourquoi pas, mais pour beaucoup, l’offre de yoga est assez limitée et elle génère une forme d’entre soi.

Il est donc très avantageux sur ce point d’avoir recours à une plateforme en ligne qui aura une offre pléthorique de cours, car on pourra explorer les nombreuses variétés du yoga en adéquation avec ses besoins du moment. N’oublions pas que le yoga nous invite à être dans l’instant, et l’instant n’est pas toujours compatible avec un yoga « monolithique ». Suivre toujours les mêmes cours est assez réducteur et l’exploration du yoga peut-être très riche en ligne.

La diversité, c’est aussi celle des enseignants. Dans une plateforme riche en professeurs, il est plus aisé de se confronter à une diversité d’enseignements. Un élève doit se sentir en confiance et en connexion avec son professeur, c’est souvent ce qui détermine le choix d’un cours et il y a souvent, pour des questions d’affinités, une forme de fidélité qui se développe. Mais nous pouvons dire qu’il est toujours bon de découvrir d’autres approches d’un même yoga. C’est très enrichissant car cela peut nous sortir de la routine. Même si les professeurs se réinventent en permanence, nous pouvons nous isoler dans notre zone de confort, alors qu’il est toujours souhaitable dans une pratique assidue, de pointer de nouveaux détails qui vont enrichir notre yoga-Paris. Et c’est par la diversité des enseignements qu’on approfondit sa pratique.

La pratique en ligne reste-t-elle spirituelle ?

 La question de la dimension spirituelle du yoga se pose-t-elle différemment lorsqu’on suit un cours en ligne ? Beaucoup craignent que cette façon de pratiquer par écrans interposés enlèvent la part spirituelle de cette discipline millénaire. Aux puristes, on répondra que le yoga dans son caractère ancestral s’est déjà fortement transformé pour s’adapter aux mœurs occidentales et que le « yoga business » n’a pas eu besoin de la digitalisation pour se répandre.`

Le yoga n’a pas eu besoin non plus de ces mutations technologiques pour proposer des pratiques essentiellement concentrées sur sa partie « physique » alors qu’on sait très bien qu’une telle approche est nécessairement réductrice.

C’est à chacun de trouver quelle place il veut donner au sacré et à la métaphysique dans son rapport au yoga.

Arpenter le chemin qui conduit au renoncement, finalité de cette philosophie orientale, n’est pas le but premier de la grande majorité des pratiquants dont beaucoup n’ont qu’une connaissance souvent vulgarisée des fondations historiques et culturelles que constituent par exemple les Upanishads ou la Bhagavad-Gita.

Choisir une approche intégrant la dimension spirituelle du yoga, n’est pas une affaire de cours en ligne ou non. C’est un choix très personnel, certains abordent le yoga d’abord comme une activité physique, d’autres sont attachés à pratiquer « en conscience » et à vrai dire, c’est ce que tend à insuffler progressivement le yoga chez ceux qui le pratiquent avec assiduité. La conscience du souffle énergétique, de la connexion avec l’univers comme questionnement métaphysique, est toujours sous-jacente. Prononcer le son Om au cours de sa pratique n’est jamais anodin même si on ne prend pas la pleine mesure du caractère sacré de ce son et de ses vibrations. Comme on choisit ses cours et ses professeurs en présentiel, on pourra choisir ses professeurs sur les plateformes qui ont une offre pléthorique d’enseignants. Il faut donc là encore bien choisir ses cours en ligne et opter pour la diversité. A chacun son yoga.

Qu’en pensent les professeurs de yoga ?

 Il y a vraiment deux écoles. Certains professeurs ne veulent pas en entendre parler, d’autres se prêtent volontiers à l’exercice et le font avec un certain talent. Dans tous les domaines, la digitalisation entraine de profondes mutations qui bousculent parfois nos habitudes. Nous observons cela souvent avec une certaine défiance. La perte de contact humain est une expérience parfois douloureuse, et tout faire en ligne, même si cela peut nous simplifier la vie, touche de temps en temps ses limites. La crise Covid aura accéléré vraisemblablement le processus et cela ne ravit sans doute pas ceux qui considèrent que le yoga-Paris devrait se pratiquer uniquement en présentiel.  Au plus fort du confinement, le yoga en ligne sur plateforme ou en visio, aura cependant permis à de nombreux professeurs de continuer d’exercer leur métier, de les familiariser avec cette nouvelle façon de populariser le yoga. On comprendra que ceux qui placent le présentiel au centre de l’enseignement, pour garder ce contact avec leurs élèves, dans la volonté d’un échange humain plus en proximité, ne participent pas à cette nouvelle proposition. Chacun peut bien avoir l’approche qui lui semble correspondre à sa philosophie du yoga. On pourra sans jugement, considérer que certains professeurs savent transmettre leur enseignement en ligne et que c’est profitable à un plus grand nombre de pratiquants. Ce peut-être aussi un moyen d’inciter certains élèves à rejoindre en présentiel des professeurs qu’ils auront découverts en ligne, notamment lors de stages que proposent beaucoup de professeurs aguerris.

En conclusion

 Finalement, nous pouvons considérer que globalement la digitalisation des cours de yoga, n’est ni antinomique avec la pratique en présentiel, ni préjudiciable au yoga. Le mieux est évidemment de pouvoir mixer les deux. C’est une opportunité pour voir se populariser le yoga qui ne devrait pas être le pré carré d’initiés qui garderaient jalousement leur jardin privé. Bien-sûr, il faut garder une place de choix à l’interaction humaine mais le yoga en ligne ne devrait pas être diabolisé. C’est une richesse supplémentaire pour une pratique qu’on pourra rendre quotidienne, pour une meilleure connaissance de toute la constellation du yoga.

Alors se pose évidemment la question du choix de la plateforme de cours en ligne. Il en existe déjà une vingtaine de répertoriées en France. Et les approches sont très différentes. Nous conseillerons évidemment la plateforme www.yay-tv.com/fr qui a misé sur une offre de cours pléthorique, avec déjà près de 2000 vidéos disponibles et une cinquantaine de live par semaine. Ce qui est primordial selon nous, c’est de ne pas tomber dans le piège de l’esthétisation du yoga, et le choix d’une plateforme devra s’établir selon nos critères avant tout sur la diversité et la qualité des enseignements.

À lire aussi
Pratiquer le yoga au printemps est un vrai délice ! Après la période hivernale, le corps se réveille, se réchauffe et prend du plaisir à bouger davantage. Entre éveil des sens, regain d’énergie, envie d’explorer ou encore les sentiments de joie et de légèreté, le printemps nous invite mieux qu’aucune autre saison au mouvement et à...
Lorsqu’ils débutent le yoga, certains pratiquants peuvent à peine s’asseoir en tailleur au sol et des années plus tard, on les retrouve en train de mettre le pied derrière la tête sans aucune difficulté avec une belle ouverture de hanches. Il ne faut pas être flexible pour démarrer le yoga : au travers de la pratique,...

Ne ratez plus aucun article !

Inscrivez-vous à notre newsletter pour être informé par email dès la parution d’un nouvel article sur le blog

Laissez votre commentaire.

Inscription à la newsletter YAY
Adresse e-mail non valide
Je souhaite recevoir :