Pourquoi pratiquer le Yoga Integral ?

Mis à jour : mai 5

Il ne s’agit pas d’atteindre le nirvana, la délivrance (moksha), la béatitude (ânanda), la rédemption, un état nietzschéen de surhomme, but final de presque tous les anciens yoga.




Le Yoga Intégral ou yoga purna est un yoga ancestral dans la pure tradition Indienne qui permet de conscientiser et d’harmoniser les différents niveaux d’expérience chez l’être humain. "Purna" est un mot sanskrit qui signifie "complet" ou "complète" et le yoga purna intègre l'immensité du yoga dans un ensemble d’éléments pour la transformation et la guérison. On associe fréquemment le Yoga Intégral à l’enseignement de Sri Aurobindo.

Il apparaît comme une synthèse de plusieurs styles de yoga qui permettent un travail intégral dans le but d’élaborer une conscience spirituelle et supramentale. Un terme qui pourrait, sans explication, paraître abscons, ésotérique, ou new âge dans ce que ce terme peut avoir de péjoratif. Mais on aurait tort de ne pas le considérer sérieusement. La base de la métaphysique de Sri Aurobindo part de l’idée qu’après l’apparition successive dans l’univers terrestre de la matière, de la vie et de la pensée, le temps serait venu où peut et doit descendre un quatrième élément qu’il appelle le supramental.

Ce fut pour lui la grande difficulté que de faire comprendre à ses disciples son enseignement. Il ne s’agit pas d’atteindre le nirvana, la délivrance (moksha), la béatitude (ânanda), la rédemption, un état nietzschéen de surhomme, but final de presque tous les anciens yoga. Pour lui ces techniques étaient insuffisantes.

Le yoga selon lui est plus qu'un système d'exercices et le Yoga Intégral - Paris- offre des techniques pour l'union du corps et de la raison à l'esprit. Pour saisir pleinement la dimension du Yoga Intégral, il faut donc comprendre les bases de l’enseignement de Sri Aurobindo auquel on l’associe principalement même si d’autres maitres ont aussi développé leur propre enseignement de ce yoga. Pour le philosophe Abdennour Bidar, Sri Aurobindo est considéré comme un maitre incontournable dont les écrits et la pensée se situent entre la philosophie et la religion.

Sri Aurobindo, une doctrine de la non dualité


Né à Calcutta le 15 août 1872, Sri Aurobindo est envoyé dés l’âge de sept ans en Angleterre, son père reprochant à l’Inde d’être à la traine de la modernité occidentale.  

Après une jeunesse à étudier en Angleterre et brillamment diplômé de Cambridge, Sri Aurobindo décide de ne pas entrer dans l’administration civile de l’Inde sous domination britannique. Il rentre en Inde en 1893 et occupe alors successivement des postes administratifs dans la principauté de Baraudâ à l’invitation du prince éponyme et divers postes d’enseignant. Sri Aurobindo est revenu en Inde en témoin de l’occident et c’est fort de cette expérience qu’il s’engage activement dans la politique auprès du parti nationaliste.

Il s’appuie sur une propagande révolutionnaire visant à convertir le peuple à l'indépendance en sapant les fondements du gouvernement britannique. Non-coopération et résistance passive sont ses armes principales. En 1908, soupçonné d'être mêlé à une affaire de fabrication de bombes, il est incarcéré à la prison d'Alipore. Ce séjour en prison durera un an et constituera une charnière dans sa vie, un véritable tournant. Il se plonge en effet dans la méditation et le yoga.

De sa vie intérieure et de ses préoccupations spirituelles débouchera une philosophie plus vaste. De la libération de l'Inde, il passe à une philosophie axée sur l'avenir de l'homme, l'âge nouveau de l'Esprit et l'apparition d'une espèce nouvelle.

Il arrive ainsi le 4 Avril 1910 à Pondichéry pour rompre avec sa vie passée et se consacrer à la pratique du yoga et à un discours spirituel clair, universel, accessible et lisible par tous. Il publie sa version du yoga intégral dans le journal Arya pendant les années 1914 à 1921. L’Ashram de Sri Aurobindo voit le jour en 1926, date à laquelle il interrompt tout contact direct avec ses disciples n’apparaissant plus que très rarement en public.


Il laisse alors la responsabilité de l’Ashram à la française Blanche Rachel Mirra Alfassa rencontrée en 1914 à Pondichéry et qu’il appelle et qu’on appelle « La Mère ». C’est elle qui l’organise et le développe. Elle meurt en 1973 après avoir laissé derrière elle une oeuvre écrite importante dans la continuité de l’enseignement de Sri Aurobindo. Sri Aurobindo restera dans l’Ashram jusqu’à sa mort le 5 décembre 1950.

La non dualité


Pour bien comprendre son enseignement il est sans doute nécessaire de rappeler qu’il s’inscrit pleinement dans la tradition hindou et d’en redonner les fondements essentiels :

Les quatre mahāvākyas, les "grandes paroles" ou "déclarations fondamentales" de l'hindouisme, résument les Upanishads ainsi :

  • Tat tvam asi : Tu es Cela. (Chāndogya Upanishad, VI.8.7)

  • Prajnānam Brahma : La conscience est le Brahman. (Aitareya Upanishad, V.3)

  • Aham Brahma asmi : Je suis le Brahman. (Brihadāranyaka Upanishad, I.4.10)

  • Ayam ātmā Brahma : Cet atman est le Brahman. (Māndûkya Upanishad, II)

L' « atman » est la conscience individuelle dont le moi pensant n'est qu'une manifestation éphémère.

Le « brahman » est la totalité, l'Absolu transcendant et immanent, le principe ultime qui est sans commencement et sans fin.

Toute la doctrine de la non dualité dont se réclame Sri Aurobindo s’appuie ainsi sur le fait que l’individu est un individu mais plus que l’individu. Dans le « Tu es Cela » Il est à la fois soi et l’absolu sans qu’on ait besoin de se référer à quelque chose de l’ordre du religieux ou de la foi, puisque le divin est immanent. Dans l’hindouisme, l’homme fait partie de la construction divine.

Sri Aurobindo prônait une conception heureuse de l’homme. Son combat pour l’indépendance par exemple s’est appuyé sur le « non égoïsme » et l’action créatrice qui permettent selon lui d’échapper à la violence dans l’action. Il mêle en quelque sorte l’expérience spirituelle et méditative et l’action. Le supramental consiste alors pour lui en une triple expérience, celle de l’existence, de la pleine conscience et de la jouissance. L’homme « peut monter dans la Nature supérieure et elle peut descendre en lui ».

Pour reprendre ses termes, le yoga intégral « vise non seulement à nous faire passer de la conscience terrestre habituelle dans la conscience divine, mais encore à faire descendre le pouvoir supramental de cette divine conscience ici-bas dans l’ignorance de l’intellect, de la vie dans la matière ». La compréhension du yoga intégral suppose donc l’acceptation que la connaissance en elle-même ne change rien. Ce n'est pas savoir  qui est important, mais plutôt le fait de l'être, Tat tvam asi : Tu es Cela.

Le yoga intégral fut développé ensuite par Swami Satchdananda dans la deuxième partie du XXème siècle visant à intégrer divers aspects du corps et de l'esprit, grâce à un enchaînement de postures, de techniques de respiration, de relâchement profond et de médiation. La plupart de leurs travaux et de leurs écrits  ont été repris pour une pratique d’un Yoga Intégral accessible à tous.

Le yoga intégral, une combinaison de méthodes traditionnelles


Le yoga intégral de manière plus simple est donc une combinaison de méthodes spécifiques traditionnelles utilisées en vue du développement harmonieux de chaque aspect de l’être humain : physique, émotionnel, mental, intellectuel et spirituel.

Le Yoga intégral -Paris- est un système qui mêle différentes branches ou formes de yoga en vue de l’atteinte d’un complet épanouissement de l’individu en se servant de toutes ses possibilités latentes. Il allie une pratique physique d’asanas (postures solaires et lunaires reliées au souffle), à un travail énergétique qui s’appuie sur la tenue prolongée des postures.

Il intègre également un travail de pranayama (exercices respiratoires), de concentration ainsi qu’une relaxation ( savasana) en début et fin de séance pour permettre au corps de se régénérer.

Le travail de la posture se réalise de manière globale ou partielle, et s'associe au travail de respiration afin d'apporter un meilleur confort et une meilleure fluidité et une plus grande souplesse du mouvement.

Enfin, la méditation est un point essentiel dans cette discipline dont la dimension spirituelle est primordiale.


Un cours de Yoga intégral allie ainsi la méditation, la pratique dans le mouvement et la relaxation.

Les bienfaits du yoga intégral


La pratique du Yoga Intégral nous apporte de façon rapide et totalement naturelle de nombreux bienfaits : état de bien-être, élimination des tensions physiques et psychiques, diminution du stress, augmentation de la vitalité, état de relaxation, calme, mental, amélioration de la concentration et de la mémoire,  amélioration du sommeil, harmonie intérieure, équilibre émotionnel. Cette pratique nettoie le corps et développe nos réserves d’énergie. Il permet aussi  de développer : force, souplesse et équilibre.

Pratiquer le Yoga intégral nous permet de changer notre rapport avec nous-même, avec les autres, au monde, à la vie. Le Yoga Intégral -Paris- représente une voie d’auto-connaissance, qui nous mêne à la découverte de notre nature essentielle (Atman), et à une intégration parfaite de notre être dans la Nature et l’Univers qui nous entoure, il permet de retrouver une plus grande intimité avec soi-même. Un atout pour vivre dans un monde souvent désordonné, stressant et qui nous éloigne trop souvent de nos besoins réels.

Une autre façon de considérer la vie et de prendre toute la mesure que ce que nous sommes.


#yogapurna #yogaintegral #yogaintegralparis #yogapurnaparis

  • Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube
  • Icône social Instagram

© 2018 Yoga and You

YAY BLOG

NOS STUDIOS

Studio Joseph  de Maistre

Salle JDM

44 rue Joseph de Maistre

75018 Paris

L'Annexe

1 rue Eugène Carrière

75018 Paris

Studio Cardinet

77 rue Cardinet

75017 Paris

Studio Douai

17 rue de Douai

75009 Paris

CONTACT

06 50 17 52 67

contact@yay-studio.fr

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à notre newsletter

NEWSLETTER