Qu'est-ce que le Yoga du rire ?

Le rire est un acte de communication universel. Il s’agit en premier lieu d’un réflexe physique qui permet d’exprimer ses émotions. Moins on rit, plus on laisse de place à ses émotions négatives.




Le yoga du rire

En cette rentrée de septembre, nous avions envie d’aborder un thème léger et ludique, le rire autour duquel s’est développé une nouvelle approche du yoga selon le concept révolutionnaire du médecin indien Madan Kataria lancé en 1995. Ce phénomène très marginal au départ et qui réunissait une poignée de personnes est devenu un phénomène mondial avec la création de milliers de clubs du rire répartis dans une centaine de pays.

Le rire est un acte de communication universel. Il s’agit en premier lieu d’un réflexe physique qui permet d’exprimer ses émotions. Moins on rit, plus on laisse de place à ses émotions négatives.

Or, selon l’OMS la plupart des maux qui nous touchent seraient dues à des émotions non exprimées ou à des émotions négatives ( colère, tristesse, rancoeur, peur…) qui bloqueraient notre système immunitaire et seraient vectrices de maladies. C’est dire l’importance de nos émotions positives pour un bon état de santé général. Les thérapies du rire sont donc fondamentales et en plein développement. C’est d’ailleurs l’intitulé du « rire médecin », cette association de clowns qui arpentent depuis des années les services de pédiatrie avec un succès confirmé, encouragé et soutenu par les professionnels de santé.

Les thérapies basées sur le rire sont nombreuses aujourd’hui et présentent plusieurs appellations comme la rigologie, la rigolothérapie, la gélothérapie, la rirothérapie et bien évidemment, le sujet qui nous intéresse le yoga du rire - Paris.

Le rire et ses bienfaits

Tout le monde  ou presque a déjà fait l’expérience d’un bon fou rire, et les expressions ne manquent pas pour le décrire, « rire aux larmes », « rire à gorge déployée », « rire de bon coeur », « rire comme une baleine », « rire à s’en faire péter les côtes », «  se taper des barres de rire ». Et force est de constater que le rire est souvent communicatif. Or, le rire est un phénomène typiquement humain, c’est d’ailleurs ce que prétendait Rabelais quand il avançait que le rire « est le propre de l’homme ».

Cet adage est particulièrement vrai chez les enfants qui riraient en moyen 30 à 40 fois par jour quand les adultes ne riraient plus que 20 fois par jour. En vieillissant nous perdrions le sens du rire comme notre innocence et notre capacité d’émerveillement. Signe des temps modernes qui cultivent la morosité chez nos contemporains dans une actualité toujours sombre, sensationnelle et anxiogène, la place du rire tend aussi à se réduire. Des études prouveraient que le temps de rire aurait diminué considérablement depuis la moitié du siècle dernier.

Les rythmes de vie, des conventions sociales plus intransigeantes, la recherche de rendement systématique dégraderaient même l’image du rire qui ne serait souvent plus à propos et symboliserait un manque de sérieux. Pourtant, il ne faudrait pas prendre le rire à la légère et nombre de médecins ou d’études médicales avancent que le rire est bon pour la santé et pour le lien social. Il aurait des répercussions physiques et psychologiques indéniables.

Le rire pour apaiser nos douleurs

Le rire agit sur la douleur car il réduit les tensions musculaires en favorisant leur relâchement. Il augmente la production de catécholamines. Une catécholamine est une substance chimique de l’organisme appartenant aux neurotransmetteurs fabriqués par les neurones (cellules nerveuses), qui permet le passage de l’influx nerveux entre les neurones, et d’autres cellules.

On répertorie l’adrénaline, la dopamine B et, moins connue la noradrénaline B. Le rire augmente donc les productions de catécholamines et d’endorphines. Le taux d’endorphines diminue puis fait disparaître la douleur. Les catécholamines (adrénaline et noradrénaline) en augmentation luttent contre l’inflammation, en particulier contre l’inflammation articulaire des états rhumatismaux. De plus, elles jouent sur l’humeur et ont des propriétés antidépresseurs.

Le rire  pour évacuer le stress

Son corollaire, c’est qu’il diminue le stress. Les vertus anti-stress du rire n’ont d’ailleurs pas besoin d’études, car nous sommes en mesure de constater par nous même, qu’un bon fou rire détend le corps et l’esprit. La respiration est régulée par le rire et le diaphragme est détendu, ce qui libère notre colonne d’énergie positive et facilite l’ouverture du plexus solaire. En effet, une conséquence directe d’un diaphragme bloqué (ou crispé) est qu’il engendre en général une mauvaise respiration que l’on appelle « respiration inversée » (strictement thoracique ou claviculaire). La respiration se fait alors essentiellement par le haut de la poitrine (scapulaire). Une telle respiration est souvent un signe flagrant d’un état de stress.

Notre respiration réalisée grâce à l’action de notre diaphragme (contraction-décontraction) est essentielle pour assurer l’approvisionnement en oxygène (O2) et le rejet du dioxyde de carbone (CO2) de notre organisme. Notre diaphragme est un muscle fin et aplati qui sépare la cage thoracique de l’abdomen. Lorsqu’il y a tension, le système nerveux se « coince », se compresse, l’organisme peut donc avoir du mal à maintenir son équilibre, qu’on appelle aussi état d’homéostasie.

La respiration est d’ailleurs capable de permettre le retour à l’équilibre. On voit là toute l’importance d’une combinaison entre les exercices de rire et le yoga puisque la respiration en est l’un des piliers fondateurs.

Une fois le diaphragme contracté, il tend à rester bloqué. On peut le sentir physiquement avec des points de douleur lancinante et la persistance d’émotions désagréables. Or, les tensions au niveau du plexus  occasionnent du stress qui lui-même renforce ces tensions. Le diaphragme est souvent décrit comme étant le siège de nos émotions. Nous avions déjà abordé la question de la respiration (pranayama) dans le yoga. Inconsciemment nous bloquons souvent notre respiration (et donc notre diaphragme) lorsque nous sommes concentrés ou face à une situation riche en émotions. Libérer son diaphragme peut alors signifier libérer un flot d’émotions enfouies. Lorsque nous bloquons notre respiration, nous bloquons et gardons nos émotions à l’intérieur.

Le rire intervient donc positivement en entrainant des mouvements du diaphragme et le massage de nos organes.

Rire et maladies cardiovasculaires

Une étude récente et très sérieuse de l’Université du Maryland à Baltimore a montré que le rire et l’humour seraient très efficaces pour prévenir les maladies cardiovasculaires et en particulier l’infarctus du myocarde. Le rire pourrait permettre de maintenir un endothélium sain. Or l’endothélium exerce un puissant effet sur le tonus vasculaire et régule le flux sanguin. Il ajuste la coagulation et la fluidité du sang en réponse aux blessures, infections ou irritations. Les explications médicales précises manquent cependant et ces études sont avant tout empiriques mais elle en corroborent d’autres qui vont dans le même sens et qui attestent encore une fois des nombreux bienfaits du rire.

Rire et santé mentale

Très logiquement, l’évacuation du stress encourage un sentiment de bien être indéniable. La détente qu’il occasionne réduit nos anxiétés, nos peurs et renforce notre capacité de résilience face aux difficultés du quotidien. Le rire agirait même directement sur nos capacités d’apprentissage et de mémorisation mais il développerait également notre créativité.

Le rire pour mieux digérer

Ce qui est vrai pour notre diaphragme l’est aussi pour notre estomac et nos intestins. Le rire joue ainsi également un rôle primordial sur la qualité de notre digestion. Parce qu’il saccade, nous l’avons vu, la respiration, il entraine un massage de nos organes. Une véritable gymnastique abdominale qui favorise la bonne régulation du transit intestinal. Notre respiration participe au bon fonctionnement du système digestif complet, facilite l’élimination des déchets et toxines. Elle agit comme une véritable pompe circulatoire et active de nombreuses fonctions organiques par massage. Une bonne respiration aide aussi à l’équilibre de notre colonne vertébrale et de notre posture en général.`Et le rire soutient malgré nous cette respiration.

Le rire pour une immunité renforcée

Le rire a aussi pour conséquence de renforcer le système immunitaire. Il stimule en effet le système immunitaire en augmentant le nombre de cellules immunitaires (cellules T ou les protéines interféron) et d’anticorps qui jouent un grand rôle dans la réponse immunitaire. Et on le recommande d’ailleurs depuis l’Antiquité.

Rire et lien social

Il est évident que les personnes rieuses et avenantes nous font du bien, d’autant que le rire est communicatif. Au quotidien le rire favorise un état d’esprit positif et nous rend plus optimiste et joyeux. Ce qui augmente considérablement la confiance en soi. Le lien à l’autre est facilité. Le rire ouvre les portes de la communication, il offre des opportunités supplémentaires tant professionnelles qu’amicales.

« Le yoga du rire » selon le Dr Madan Kataria

Bien entendu, le Dr Madan Kataria revendique tous les arguments que nous venons d’énumérer pour justifier avec sa femme professeur de yoga le développement depuis 1995 de cette nouvelle approche du yoga. Il importe de considérer que le yoga du rire -Paris- n’utilise pas l’humour pour faire rire, ce  qui est rassurant pour ceux qui sont privés du sens de l’humour.

Au delà de la plaisanterie de circonstance, il est important de noter que le Dr Kataria convoque ce qu’il nomme le « rire sans raison », ce rire très spontané chez les enfants et de plus en plus rare chez l’adulte qui s’est souvent construit au fil du temps des barrières au nom des conventions sociales ou parce qu’il est acculé par des contrariétés ou des émotions négatives qui paralysent son rire. Un véritable effet de refoulement du rire que cette nouvelle approche du yoga prétend pouvoir inverser.

Le yoga du rire ( Hasya Yoga en sanscrit) repose sur le principe que « l’action entraîne l’émotion ». En somme, le rire est considéré comme un exercice, il est déclenché intentionnellement. Cette pratique se fait en groupe pour faciliter sa dimension naturelle et son aspect contagieux. Car le rire à l’instar du bâillement est contagieux. C’est certainement sa fonction sociale la plus essentielle mais cela trouve une explication physiologique puisque cette transmission du rire est activée par ce qu’on appelle les neurones miroir que renferme notre cerveau.

C’est d’ailleurs la principale explication de son caractère incontrôlable qui le rend parfois totalement inadapté quand ce fou rire intervient dans des circonstances dramatiques qui ne prêtent a priori pas à rire. Cette contagion nous renvoie à notre condition d’animal. Chez les animaux le phénomène d’imitation est très courant. Les neurones miroirs nous poussent à l’imitation, ils s’activent quand on voit les autres agir, on parle de mimétisme. C’est la raison pour laquelle le rire peut être initié comme un exercice puisque par le biais du mimétisme il entraine celui des autres. La raison aussi pour laquelle cet exercice prend son sens en groupe. Le yoga du rire se base donc sur des études qui tendent à démontrer que le corps ne fait pas la différence entre un rire spontané et un rire provoqué.

Les séances de yoga du rire suivent un protocole assez simple qui alterne le rire, les applaudissements et la respiration par des exercices d’étirements, des postures de yoga et des techniques d’affirmation de soi.

La pertinence d’allier techniques du yoga et rire repose principalement sur le lien commun entre les deux, l’importance de la respiration (pranayama) et l’acceptation du moment présent. Accepter ce qui vient dans l’instant en oubliant de se regarder, en abolissant les barrières que nous érigeons en permanence pour nous protéger.

Les recherches cliniques menées à l’Université de Graz en Autriche, à Bangalore en Inde et aux Etats Unis notamment, ont prouvé que le rire diminue nettement le niveau d’hormones de stress dans le sang et favorise une attitude positive et d’espoir.

De même, le pratiquant de yoga du rire -Paris- est mieux armé pour lutter contre le stress et ses effets négatifs, les sentiments de dépression ou de burn out. Il s’agit aussi de retrouver sa capacité d’émerveillement, de reprendre conscience de sa colonne d’énergie, de redonner grâce aux postures de yoga (asanas) de l’espace à notre corps et  à notre mental.

Un art de vivre.


#yogadurire #yogadurireparis #therapiedurire #exercicesyogadurire

  • Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube
  • Icône social Instagram

© 2018 Yoga and You

YAY BLOG

NOS STUDIOS

Studio Joseph  de Maistre

Salle JDM

44 rue Joseph de Maistre

75018 Paris

L'Annexe

1 rue Eugène Carrière

75018 Paris

Studio Cardinet

77 rue Cardinet

75017 Paris

Studio Douai

17 rue de Douai

75009 Paris

CONTACT

06 50 17 52 67

contact@yay-studio.fr

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à notre newsletter

NEWSLETTER