Le yoga, les hommes ne sont plus à la marge

Mis à jour : mai 5

Messieurs, découvrez les raisons de faire du Yoga et ses bienfaits pour la santé.

Le yoga : c'est aussi pour les hommes !


Le yoga a longtemps été considéré en occident comme une discipline principalement destinée aux femmes. D’après une étude Ipsos de 2016, 70% des adeptes du yoga sont des femmes.


Ce qui s’explique par les nombreux a priori sur le yoga qui l’ont en effet longtemps cantonné à une gymnastique douce supposant une souplesse qui en ferait l’apanage des femmes. Et les hommes ont mis du temps à s’en emparer et à comprendre à quel point cette pratique trouvait totalement sens dans la mixité. C’était oublier que le yoga, dès ses origines a été pratiqué par des hommes, à commencer par Patanjali auquel on doit les célèbres sutras qui ont permis la codification du yoga entre -200 avant JC et 500 après JC.


La promotion du yoga utilise très souvent des images de femmes, et la majorité des photos et des vidéos mettent en scène des femmes, la mode des tenues de yoga étant elle aussi très féminine.


Quels sont les bienfaits du yoga chez les hommes ?


Le yoga-Paris est pourtant particulièrement adapté aux hommes. D’abord parce que ses bienfaits sont universels. Il permet de :


  • lutter contre le stress,

  • augmenter la concentration,

  • réduire les problèmes cardiaques,

  • réduire les problèmes de dos,

  • augmenter les capacités pulmonaires,

  • favoriser l’élimination des toxines et le renforcement du système immunitaire,

  • augmenter la souplesse -même chez les hommes-,

  • augmenter la productivité, puisque le bien-être obtenu accroît sans nul doute les capacités des individus à travailler plus efficacement. Ce qui est une exigence pour les deux sexes et les hommes en particulier.


Cela devrait suffire à convaincre les récalcitrants à briser le prisme qui les conduit à percevoir cette pratique comme avant tout féminine, car le yoga ne fait pas la différence entre les sexes.


Le yoga en complément d'une pratique sportive intensive


Mais, pour achever de le faire, précisons qu’il est un complément de choix à des pratiques sportives plus intensives auxquelles les hommes s’adonneraient plus volontiers. Nous prendrons soin de ne pas nier les performances des sportives de haut niveau, il ne s’agit pas d’être sexiste. Mais les femmes n’ont pas attendu pour apprécier les apports du yoga et c’est bien des hommes et de leur rapport à cette pratique dont nous parlons dans cet article.


Les sportifs de haut niveau qui pratiquent le yoga-Paris, sont de plus en plus nombreux à intégrer le yoga dans leur préparation physique et mentale. A titre d’exemple nous citerons quelques stars du sport mondial et des noms très emblématiques : le basketteur LeBron James, le tennisman Novak Djokovic, le rugbyman Jonny Wilkinson, le golfeur Tiger Woods ou le footballeur Ryan Giggs dont la longévité dans leur discipline (au-delà de 40 ans) doit beaucoup au yoga.


Preuve de l’engouement qu’il suscite et des barrières psychologiques qui sont en train de tomber, on l’intègre donc désormais dans le football masculin où il commence à être utilisé dans la préparation physique pour lutter contre les blessures ou dans la préparation mentale notamment pour la gestion des émotions. Des clubs de ligue 1 en passant par des entraineurs de renom comme Arsène Wenger ou Joachim Löw, le yoga-Paris s’impose de plus en plus comme une arme redoutable dans l’entrainement des sportifs.


Il offre en effet de nombreux atouts parce qu’il muscle le corps en profondeur, qu’il en est très respectueux, et qu’il sait répondre efficacement aux traumatismes qu’il subit.


Prenons l’exemple d’Anabelle Prawerman car les femmes sont aussi des sportives de haut niveau. Cette joueuse de beach volley sélectionnée à 289 reprises en équipe de France (entre 1981 et 2000) et ayant participé deux fois aux jeux Olympiques, a fini par intégrer le yoga dans son entrainement pour pouvoir mener de front sa vie d’athlète et sa vie de mère. Après 4 grossesses, elle a cessé la musculation et s’est concentrée sur une préparation physique répartie sur l’ensemble des muscles de son corps.


Rappelons à ce titre, ce que dit Bernadette de Gasquet, une spécialiste du yoga et de la maternité, auteure d’un livre sur la musculation et le périnée, « le travail global du yoga, qui intègre le périnée, protège des lésions sans nuire à la performance. Au contraire, on observe chez les yogis une très bonne tonicité des muscles, ce qui est nécessaire pour maintenir l’effort sans dépenser trop d’énergie. C’est le même principe dans les arts martiaux. »


Autre preuve flagrante des bienfaits du yoga, s’il en est besoin. L’usage croissant de cette pratique chez les pratiquants du Trail et de l’Ultra Trail convoquant le corps sur des distances très longues avec souvent de forts dénivelés. Des champions de cette discipline redoutable pour le corps comme Émilie Forsberg, Kilian Jornet ou Jonathan Terry, l’ont parfaitement intégré à leur entrainement.


Quelle pratique choisir ?


Parmi les différentes écoles du yoga contemporain, une discipline connait mieux la mixité, c’est le Bikram Yoga. Rien d’étonnant quand on sait que Bishnu Gosh, un guru qui a impulsé Bikram Choudhury, le créateur du Bikram Yoga, était également un culturiste et qu’il a sans doute initié Bikram Choudhury à une approche assez physique du yoga. A l’origine de cette discipline parfois controversée ne serait-ce que par la franchise qu’elle impose – « Bikram Yoga » est une marque déposée - Gosh, après des années à travailler exclusivement sur la force, avait fini par intégrer le yoga pour augmenter ses performances. Il avait noté à juste titre que la pratique du pranayama comme constante du yoga à l’intérieur de chaque posture, permettait un meilleur apport d’oxygène, renforçant le physique et le mental, augmentant notamment l’explosivité musculaire et la tonicité, une meilleure souplesse des muscles, une meilleure mobilité des articulations et donc, par voie de conséquence un risque moindre de subir des lésions.


Inutile de préciser que ce ne n’est pas le privilège du Bikram, qui présenterait paradoxalement un risque de blessures accru en raison des conditions de chaleur élevée que cette méthode impose, mais de toutes les pratiques de yoga qui, dans leur dimension posturale, réactivent les zones les moins sollicitées du corps, ce que peu de sports proposent. Cela évite les déséquilibres notamment dans les sports asymétriques comme le tennis.


L’utiliser comme exercice d’étirement est particulièrement reconnu comme efficace. D’abord de façon préventive, dans le cadre des entrainements intensifs, mais aussi à titre de récupération pour reposer et décontracter des muscles blessés et favoriser la résilience des tissus.


Les sportifs de haut niveau mettent dorénavant beaucoup l’accent sur la préparation mentale qui fait sans doute toute la différence entre les meilleurs et les autres. On ne peut être numéro 1 mondial du tennis, ou le meilleur marathonien sans un mental d’acier, certains sports nécessitant une extrême concentration. L’art de « Dharâna », le pouvoir de la concentration qui réconcilie immobilité et dynamisme, est une arme redoutable pour des sports nécessitant de répondre présent sur des moments précis (le golf, le tir, un pénalty) ou des moments plus ou moins longs (une course, un match de tennis en cinq set).


On aurait donc tort de penser que le yoga est une discipline avant tout féminine. Malgré le fait que le yoga ne représente pas un véritable sport dans l’imaginaire populaire, il séduit de plus en plus d’hommes sans altérer le moins du monde leur virilité.


On ajoutera au contraire que la pratique du yoga contribue à l’amélioration des capacités sexuelles grâce à une stimulation de la circulation sanguine et des fonctions corporelles, qu’il réduit le risque de développer des problèmes de prostate grâce à des positions spécifiques visant également à combattre la douleur et les symptômes de pression sur la glande de cet organe.


Pour faire venir les hommes au yoga, des cours spécifiques aux hommes ont commencé à se développer aux États-Unis. Il importe avant tout de bousculer les clichés car la mixité dans un cours de yoga ne laisse pas les hommes au bord du cours. La croyance qui veut qu’on doive suer pour qu’il y ait un effort physique est inepte et explique sans doute le succès du Bikram Yoga auprès des hommes.


Mais le yoga-Paris est une activité à prendre très au sérieux sur le plan physique, qu’on en fasse sa discipline phare, ou qu’elle vienne en appui à des pratiques sportives en apparence plus engageantes sur le plan de l’effort physique. Bien des hommes sportifs, seraient au-delà de leurs préjugés, étonnés par les courbatures qui les toucheraient à l’issue d’une séance découverte.


#yogahommes #yogaparis #yogaaumasculin #yogayay #yogapourleshommes #yogamixte #yogasport #yogaphysique

  • Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube
  • Icône social Instagram

© 2018 Yoga and You

YAY BLOG

NOS STUDIOS

Studio Joseph  de Maistre

Salle JDM

44 rue Joseph de Maistre

75018 Paris

L'Annexe

1 rue Eugène Carrière

75018 Paris

Studio Cardinet

77 rue Cardinet

75017 Paris

Studio Douai

17 rue de Douai

75009 Paris

CONTACT

06 50 17 52 67

contact@yay-studio.fr

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à notre newsletter

NEWSLETTER