Venir au yoga comme une évidence : le témoignage touchant d’un nouveau yogi


Depuis que j’ai rencontré le yoga il y a quelques années et que j’ai entrepris de partager mon expérience avec d’autres en donnant des cours, j’ai reçu énormément de retours positifs de mes élèves qui nourrissent non seulement ma propre pratique mais confirment chaque jour que l’entrée du yoga dans ma vie a été fondamentale et qu’il m’appartient de continuer de transmettre à d’autres cette philosophie de vie qui a changé mon regard sur la vie. Parmi ces nombreux témoignages il en est un que j’éprouve l’envie de partager aujourd’hui, car il résume avec des mots très personnels qui ne m’appartiennent pas, tout ce que je peux espérer en m’investissant chaque jour pour amener d’autres personnes sur le chemin du yoga Paris.

Il y a quelques années, j’invitais un ami à pratiquer le yoga. C’était quelqu’un de sportif et empli d’énergie, mais je sentais chez lui l’accumulation de nombreuses tensions qui le rendaient nerveux, anxieux, notamment du fait de sa vie professionnelle. Je pressentais chez lui une grande sensibilité mais j’avais remarqué qu’il verrouillait cette sensibilité et qu’il se dispersait, qu’il manquait clairement d’alignement. Le convaincre de faire du yoga n’a pas été simple. Il a commencé par me dire qu’il n’avait pas le temps. Ce à quoi je lui avais rétorqué, que s’il n’avait pas le temps de faire du yoga c’était justement qu’il devait en faire. Je ne souhaitais pas le « convertir » mais j’étais persuadé que s’il en faisait l’expérience, elle lui serait peut être encore plus bénéfique qu’à d’autres. Entre deux cigarettes, car bien que sportif, c’était aussi un vrai fumeur, il m’avait souri avec un fond de condescendance qu’il n’avait rien contre la « mode du yoga » mais qu’il préférait courir et suer un bon coup 3 fois par semaine. Je n’ai pas insisté mais je l’ai invité à suivre le cours d’une amie. J’avais choisi un cours de Vinyasa -Paris un peu dynamique, histoire qu’il fasse une « entrée dans le yoga » par un biais qui ne lui paraitrait pas trop « perché » pour reprendre un terme qu’il avait employé à propos des yogis. Il ne m’avait fait aucun retour, mais je savais qu’il avait suivi ce cours. Comme il avait déménagé par la suite, je ne l’ai pas revu pendant quelque temps et n’ai plus eu nouvelles de lui.

Et puis pendant le confinement, j’ai reçu de sa part un mail touchant. J’en ai repris les passages les plus intéressants, ceux qui ne l’impliquent pas sur un plan trop personnel. Il m’a évidemment et à cette condition, autorisée à le partager sur le blog.


Chère Sara,

(…) du coup je trouve le temps de t’envoyer ce petit message (…)

Il y a quelques années, nous avons échangé sur le yoga. J’avoue que je n’avais pas pris cela très au sérieux à l’époque. Non pas que je déniais au yoga ses vertus, mais je me suis toujours méfié des effets de mode et comme tu le sais, j’avais exprimé mon scepticisme. Tu seras sans doute ravie de savoir aujourd’hui que j’ai du mal à considérer ma vie sans le yoga puisqu’il m’accompagne désormais chaque jour et à chaque instant. Chaque matin je me lève en saluant le soleil ;-). Et en plein Covid, j’avoue que je mesure combien faire du yoga est une chance. J’imagine que cela te fait sourire.

Il n’y a pas longtemps, juste avant qu’on soit confiné, j’ai eu une discussion avec un de mes collègues de course à pieds – car je continue de courir évidemment- où je lui expliquais que je courais mieux depuis que je faisais du yoga, j’ai reçu une réaction peut-être aussi blessante que celle qui avait été la mienne quand tu avais essayé de me « vendre » le yoga. Alors, je voulais un peu te rendre justice et te remercier de m’avoir « initié ». Je ne t’avais d’ailleurs jamais remerciée pour le cours que tu m‘avais offert. Il n’est jamais trop tard. Pour te dire la vérité, j’avais grave galéré et j’étais ressorti de là en sentant que mon corps m’était parfaitement étranger et que le yoga était plus physique que je ne me l’imaginais. (….)

Donc je n’ai pas réitéré l’expérience tout de suite. Et puis en vacances à (…) j’ai eu l’occasion de refaire une expérience car c’était une activité proposée. C’était du Hatha Yoga cette fois-là. Le cadre était magnifique et sans doute étais-je mieux disposé, ou le cadre m’a permis de ressentir les choses différemment, je ne sais pas, mais je me suis rendu « disponible » (je suis sûr que tu comprends ce que je veux te dire) et j’en ai finalement fait pendant tout mon séjour. Et je n’ai pas arrêté depuis ce jour-là. Je crois avoir exploré pas mal de voies du yoga, hatha, asthanga_Paris, yin, restorative yoga, et, accroche-toi, je pratique même le kundalini !! Et ouais, madame, je la sens bien l’énergie. Bon, je ne t’écris pas pour te faire l’inventaire de tous les cours que je suis mais pour te remercier pour les changements que cela a occasionné chez moi.

1. J’ai dit adieu à la cigarette, cela s’est fait sans douleur, tout à fait naturellement, car j’ai appris l’importance du souffle et fumer m’est peu à peu apparu comme une grosse connerie.

2. Moi qui étais viandard, je n’en mange plus que de temps en temps (je ne suis pas vegan encore, faut pas pousser, mais va savoir ça viendra peut-être, j’ai même suivi un cours de cuisine ayurvédique sur votre site (Bravo à (…) il est top !!)

Tout ça m’est venu assez naturellement (…) Mais surtout, et c’est pour ça que je t’écris, cela a changé mon rapport au monde, aux autres, au temps. Je gère mon stress par le souffle, je respire au lieu de me mettre en colère (bon des fois ça craque encore, c’est un long chemin), j’ai changé énormément de choses dans ma vie (…). J’ai cessé de me nourrir d’informations anxiogènes à longueur de temps, je m’accommode mieux du silence, j’apprends à ne rien faire (bon, là aussi, il y a encore du chemin, surtout depuis l’arrêt de la clop mais, la joie de la contemplation me guette ;-)). J’envisage aussi de m’intéresser de plus près à la méditation. Quant à l’état de pleine conscience, on pourra en discuter, il y a des choses à en dire. Tu vois, j’ai progressé ;-)

Je pense aussi que je commence à accepter de vieillir ;-) Eh ouais j’ai eu 50 ans l’an passé (… ) Avec le temps, il faut reconnaitre qu’on gagne théoriquement en sagesse et je pense qu’il y a aussi de ça dans tous ces changements. Mais indéniablement, le yoga est présent. Ça rend souvent les choses plus douces. Même si tu ne fais pas toujours du yoga, des fois on ne peut pas, c’est comme ça, tu peux penser yoga et tu te concentres sur l’instant présent, t’ouvres tes écoutilles et tu te poses la question de savoir ce qui est le mieux pour toi, le moins éprouvant, le plus en phase avec toi, avec ta colonne. Je suis sûr que ça te fait marrer de me voir parler comme ça;-). (...) Bah si. Je pense que vieillir c’est apprendre à se concentrer sur l’essentiel et à rechercher l’ouverture la plus universelle possible, la plus respectueuse de soi, donc du monde. Ça m’arrive encore de gueuler au volant, mais je me reprends tout de suite, je désamorce… j’apprends à désamorcer. (…)

J’ai convaincu plusieurs de mes potes runners de l’utilité du yoga, j’aborde pas trop avec eux la dimension spirituelle, comme moi, ils y viendront tout seuls. En tout cas, moi j’ai trouvé une forme de dimension spirituelle qui me correspond. L’envie de quiétude, d’équilibre, comme une énergie qui te tient, te porte. Rien de divin au sens d’un barbu omniscient, ontologiquement divin, juste la conscience d’une énergie à laquelle tu es reliée.

Raison pour laquelle j’apprends à prendre mes distances avec les infos, mais aussi avec les soucis du quotidien, le boulot, j’ai appris à relativiser. J’ai appris en tous cas à faire des pauses ;-) (…)

Donc, encore un grand merci pour cette belle découverte (…) le yoga est devenu pour moi comme une évidence (…)

Namaste ;-)

A.


Bien entendu, ce témoignage est personnel, mais je trouve qu’il est intéressant à plusieurs titres. Notamment parce qu’il atteste que le yoga est avant tout un chemin, une voie qu’on emprunte et dont la finalité n’est pas celle d’un objectif à atteindre qui se résumerait à acquérir plus de souplesse, plus de force physique, il initie ici un changement mais ne l’ordonne pas. Intéressant également de voir qu’une discussion et un cours auront suffi à semer une graine qui aura pris le temps de germer doucement. Il y apparait aussi cette notion de partage qui est pour moi essentielle, qui m’anime et alimente mon désir de transmettre et d’offrir à d’autres la chance de pouvoir découvrir cette philosophie de vie.

65 vues
  • Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube
  • Icône social Instagram

© 2018 Yoga and You

YAY BLOG

NOS STUDIOS

Studio Joseph  de Maistre

Salle JDM

44 rue Joseph de Maistre

75018 Paris

L'Annexe

1 rue Eugène Carrière

75018 Paris

Studio Cardinet

77 rue Cardinet

75017 Paris

Studio Douai

17 rue de Douai

75009 Paris

CONTACT

06 50 17 52 67

contact@yay-studio.fr

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à notre newsletter

NEWSLETTER