Faire une retraite dans un ashram en Inde

Mis à jour : 29 déc. 2019


Beaucoup de pratiquants lorsqu’ils commencent à avoir une pratique assidue ont envie de se lancer dans l’aventure d’un voyage en Inde pour faire une retraite dans un ashram. La plupart des professeurs de yoga voyagent dans le monde entier et notamment en Inde pour rejoindre ces ashrams au sein desquels ils se forment.

Il s’agit bien entendu d’aller aux sources du yoga -Paris, dans son pays matriciel, mais c’est aussi souvent le signe d’un engagement fort dans le yoga et sa part spirituelle, le marqueur d’une étape incontournable pour ceux qui veulent saisir la pleine dimension du yoga dans son contexte culturel.

Évidemment, on peut trouver des ashrams beaucoup plus proches, et on en trouve quelques-uns en France pour ceux que le voyage effraie.

L’inde est un pays-continent qui bien que rentrée pleinement dans la modernité, peut faire peur au voyageur novice tant le choc culturel peut paraître grand, encore aujourd’hui. Nul ne revient d’Inde totalement intact, ou du moins pareil à celui qu’il était avant son voyage, car c’est une destination qui plus que beaucoup d’autres, bouscule nos codes et nos repères et laisse une forte empreinte dans le corps et les esprits. Ce qui frappe en Inde c’est la forte imprégnation du spirituel à chaque coin de rue, l’omniprésence dans le quotidien des puissances mythologiques hindoues, la force des odeurs et des sons, l’impression parfois oppressante que génère la densité de la population, la force des regards.

Pourtant, se rendre dans un ashram c’est souvent faire le choix de passer à côté de ce mouvement, et de faire un voyage plus confidentiel empreint de cette énergie mais en retrait de l’agitation du monde*.

Au-delà des phantasmes véhiculés par l’imaginaire collectif, il importe de rappeler ce qu’est un ashram.

On ne part pas à l’aventure sans avoir été préalablement informé et très souvent c’est le bouche-à-oreille qui nous conduit à jeter notre dévolu sur une destination donnée car dans la profusion des ashrams que l’on peut rencontrer, il importe de savoir où l’on va et d’éviter l’écueil de certains lieux dont la dimension sectaire est avérée sinon suspectée ou les lieux qui profitant de la manne touristique ont totalement galvaudé leur philosophie première.

Se rendre dans un ashram c’est aller à la rencontre d’un guru (gourou), d’un maître spirituel et de la communauté qui l’entoure. Cela peut-être une expérience très forte et enrichissante voire marquante, il est préférable d’aller dans un lieu qui nous a été recommandé et qui nous correspond ou de convoquer le discernement. On trouve sur internet énormément de blogs sur des retours d’expérience. Des témoignages qui peuvent vraiment éclairer ceux que l’idée d’entreprendre ce séjour démange. Il faut aussi se fier à son intuition.


Un guru qu’est-ce que c’est ?


Il faut bien entendu prendre le guru dans le contexte de la culture hindoue et des philosophies yoga pour bien comprendre ce terme. En occident, cette notion est souvent porteuse d’une connotation péjorative en raison de certaines dérives sectaires (abus sexuels, escroqueries, manipulation mentale…) et qu’elle renvoie à un culte de la personnalité qui n’est pas dans l’ADN de la culture française.

Certains gurus, parfois célèbres, ont pu faire en effet l’objet de controverses et suscité des polémiques. Il faut savoir faire le tri, se renseigner et ne pas tout confondre. Le guru, dans la tradition du yoga et de Sannyasa (la renonciation au monde commun, aux aspirations personnelles) est quelqu’un qui a la capacité de montrer le chemin dans une recherche spirituelle spécifique. Il transmet son savoir, et agit de son mieux pour éveiller son disciple à une vie spirituelle. Littéralement c’est « celui qui enlève l’ignorance et l’obscurité »

En tant que disciple, on accepte alors de consentir à faire des sacrifices sur ses besoins et ses aspirations personnelles, on octroie au guru une autorité spirituelle.

Un guru est en soi un temple de Dieu, il manifeste une parcelle de l’énergie divine, de l’absolu. Les disciples en quête d’une illumination spirituelle font donc preuve à son égard d’une véritable dévotion.

Évidemment, on peut aujourd’hui se rendre dans un ashram sans être dans cet état de pleine dévotion et envisager son séjour dans l’optique de parfaire sa connaissance et sa pratique du yoga -Paris mais on devra tout de même intégrer cette dimension qui est inhérente à l’histoire et la nature même des ashrams.


Qu’est-ce qu’un ashram ?


Dans l’Inde ancienne, l’ashram était considéré comme un lieu isolé, en général en retrait dans la montagne ou la forêt, dans lequel se retirait un sage pour s’unir à Dieu dans une démarche solitaire. Cette quête divine de paix intérieure impliquait que le sage s’écarte de l’agitation du monde*. Le maitre spirituel ou guru, pouvait aussi recevoir des disciples, des élèves qui venaient profiter de ses enseignements. On estime que les ashrams existaient déjà 4000 ans avec J-C. En sanscrit, le terme « ashram » signifie « ermitage ou lieu de pénitence ».

Ce retrait à l'écart des distractions de la vie moderne s’accompagne d’un mode de vie ascétique.

Les formes d’un ashram peuvent être très différentes. De l’austérité d’un renfoncement dans un bloc montagneux en passant par un chalet modeste ou un établissement plus grand avec dortoirs et bâtiments scolaires, un ashram est avant tout une communauté spirituelle. Il comprend des temples et est en général implanté à proximité d’un fleuve comme le Gange par exemple, ou d’un cours d’eau car l’eau joue un rôle primordial dans les rites hindous.

Un ashram peut accueillir quelques dizaines de personnes voire des centaines ou des milliers selon leur taille. L’ashram d'Amritanandamayi, plus connu sous le nom d’Amma, compte un millier de résidents sans inclure les visiteurs, ce qui a l'avantage de donner une certaine intensité aux évènements qui s'y passent.

Il importe de savoir qu’un séjour dans un ashram traditionnel suppose souvent l’acceptation d’un mode de vie austère et spartiate. En tout cas, ce sont les conditions des ashrams gratuits. Y séjourner suppose d’en accepter les règles. Les ashrams traditionnels logent et nourrissent leurs disciples. En échange, ces derniers participent aux corvées quotidiennes (ménage, cuisine, nettoyage des locaux…) en ayant en perspective l’une des quatre voies traditionnelles du yoga, le karma yoga. Le karma-yoga que l'on trouve aussi écrit sous la forme karmayoga est un terme sanskrit : « karma » signifiant « action ». Le karma-yoga est donc le « yoga de l'action ».

Le but est d'atteindre un certain bien-être physique, mental et émotionnel en vivant chaque instant « en conscience ». Et l’on se sert de la vie pratique et des expériences comme point d'appui de cette pratique méditative, une méditation dans l'action.

On sera également invité à faire un don à l’ashram en fonction de ses moyens.

Évidemment, le succès des retraites yoga et le tourisme qui s’est développé autour de cette activité conduisent à trouver des ashrams proposant une toute autre approche, certains en font un véritable business. On peut trouver maintenant des ashrams répondant à des exigences de confort qui dénaturent la philosophie même de l’ashram, des ashrams avec chambre privative et climatisation avec des tarifs pouvant devenir plus prohibitifs que ceux d’un hôtel de luxe. On évitera donc ces lieux. La vie dans un ashram de yoga en Inde est simple et axée uniquement sur les enseignements et la croissance spirituelle plutôt que sur les conforts de la vie quotidienne. Il est important de comprendre qu’un ashram est minimaliste dans les installations et n’offre pas de luxe comme un hôtel on y sert une nourriture exclusivement végétarienne, l’obligation est faite de suivre un programme établi, et l’on y interdit de fumer, de boire de l’alcool et d’avoir des rapports sexuels.

Si l’on est désireux de faire une retraite yoga-Paris dans un confort complet, nul besoin de se rendre en Inde, on peut trouver de magnifiques lieux en France ou en Europe proposant des séjours thématiques divers autour de la pratique yogi, des retraites dans le silence ou des formations intensives à destination de ceux qui veulent enseigner le yoga -Paris.


Votre séjour dans un ashram


Au sein de l’ashram, tout le monde se lève à la même heure), généralement très tôt (4H-5H) pour participer au satsang matinal autour d’un guru. Le mot satsang signifie littéralement “la réunion avec la sagesse". Tout le monde est réuni quel que soit son niveau de pratique pour une méditation silencieuse, suivie de chants de mantras et d’une réflexion sur la philosophie yogi.

Les activités y sont diverses et différentes selon les ashrams. On y suit évidemment des cours de yoga mais on y médite, on assiste à des conférences, on participe à des marches, de la lecture, des séances ayurvédiques…

Deux repas sont en général proposés dans la pure tradition indienne : des repas évidemment végétariens, assis par terre en mangeant avec la main droite.

L’heure du coucher est fixe (21H-22H). Le silence est exigé après l’extinction des lumières. Il y règne donc une ambiance très paisible.

Nul doute qu’un séjour dans un ashram est un moyen formidable de se ressourcer et de déconnecter, de revenir autrement plus imprégné de la culture yogi.


#ashram #yogaeninde #retraiteashram #auxsourcesduyoga #retraiteyoga #ashramyoga

  • Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube
  • Icône social Instagram

© 2018 Yoga and You

YAY BLOG

NOS STUDIOS

Studio Joseph  de Maistre

Salle JDM

44 rue Joseph de Maistre

75018 Paris

L'Annexe

1 rue Eugène Carrière

75018 Paris

Studio Cardinet

77 rue Cardinet

75017 Paris

Studio Douai

17 rue de Douai

75009 Paris

CONTACT

06 50 17 52 67

contact@yay-studio.fr

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à notre newsletter

NEWSLETTER